Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Publié le par Alexandre Roux

Quel monde merveilleux que celui qui nous fuit sans cesse, celui qui nous échappe, qui a appris à s'épanouir hors de notre vue.
Et pourtant il est bien là, non pas à l'autre bout du globe mais tout autour de nous... et pour ceux qui volent à sa rencontre, il est toujours mystérieux et imprévisible.
Ce monde, c'est celui de la nuit.

Il y a dans nos contrées des ombres et des bruits qui percent le silence et la quiétude nocturne dans laquelle nous sommes réfugiés. Et parfois il arrive qu'au détour d'un virage, les ailes de la nuit se montrent l'espace d'un instant.
Si la nuit avait des ailes? Mais elle en a !

Si la nuit avait des ailes

Le seigneur

Lorsque le soleil s'enfui et que la lune devient alors la seule lumière que nous puissions apprécier, il arrive parfois, qu'au fin fond d'une forêt ou au pied des reliefs résonne un chant puissant. Puissant par le volume, puissant par la portée mais surtout puissant par cette ivresse qui envahit le corps de l'Homme lorsqu'il sait reconnaître dans ses notes le chant du plus grand hibou de la planète. Celui que l'on appelle le Grand-Duc d'Europe et qui chez les oiseaux est un bien grand seigneur à tel point que personne n'espère le croiser.

Sa silhouette haut perchée tout là-haut sur un arbre impose un grand respect à tout ceux qui la voient. Son vol est une ombre furtive que l'on ne voit qu'une fois avant de ne plus qu'entendre raisonner le chant du seigneur des forêts.

Grand-Duc d'Europe (Bubo bubo)

Grand-Duc d'Europe (Bubo bubo)

Si la nuit avait des ailes

Le prince

Comme dans tout comte il y a un beau prince, il y a chez les hiboux une espèce qui mérite, de par son élégance, le titre susnommé.
Le Hibou moyen-duc n'est pas un grand seigneur et il est par ici commun et répandu mais comme bien d'autre d'ailleurs il est bien sympathique. Les ailes de la nuit ne sont que furtives et le prince a l'audace parfois d'oser un peu, un face à face avec ceux qu'il ne côtoie pas, car ils sont des âmes diurnes.

Son regard profond vous traverse le corps et vous voilà alors face au prince de la nuit qui disparaît enfin sans faire le moindre bruit.

Si la nuit avait des ailes

Mélodie nocturne

Lorsque le jour n'est plus vient un royaume méconnu mais bien apprécié, celui du silence. Néanmoins, le silence est un luxe auquel je n'aspire pas, car j'aime à entendre chanter la nuit.
C'est un chant mélodieux qui brise les ténèbres et qui envoûte parfois ceux qui savent écouter, ceux qui se font bercer par cette cantatrice nocturne. Chouette hulotte, c'est le nom que l'on a donné à la castafiore des forêts.

Dans le clocher qui carillonne
La chouette effraie n'effraie personne
Je la regarde et je l'espionne
Dans son nid entre les colonnes

Si j'étais un petit mulot
Je montrerais moins de culot
Je filerais incognito
Sous un tracteur ou une auto

Et si j'étais une grenouille
Je tremblerais j'aurais la trouille
Je m'en irais en sautillant
Me réfugier dans un étang

Mais moi je la trouve trop belle
Le soir quand elle ouvre ses ailes
Je vois son coeur sur son visage
Un coeur de neige et de plumage

Si la nuit avait des ailes

L'ange

La dame blanche, d'une pureté sans pareil, celle dont le vol est un ballet et les plumes sont une toile de maître. La Chouette effraie chante sa douleur dans la nuit, car elle a bien longtemps été persécutée pour avoir voulu être la gardienne des clochers ou de quelques cimetières. Jadis considérée comme oiseau de malheur, elle est aujourd'hui celle dont le visage prend la forme d'un coeur.

Il y a dans le royaume de la nuit, une place particulière pour un oiseau si gracieux qu'on croirait voir un ange. Mais les anges sont trop saints pour voir que les Hommes transforment leur paradis en un vrai champ de mines. Chaque route est un obstacle qui pour l'ange de la nuit est parfois celui de trop.

Effraie des clochers (Tyto alba)

Effraie des clochers (Tyto alba)

La nuit a donné des ailes à un seigneur et un prince.
La nuit a donné son corps à un ange.
Et la nuit a donné sa voix à un oiseau d'opéra.

Si la nuit avait des ailes...

Commenter cet article